Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

muette2.jpgUne chronique de Cassiopée 

 

« Qu’il suffise d’un cachet pour oublier sa propre vie… »

 

Nous voici partie dans l’univers de Muette avec une écriture à deux voix, le narrateur d’une part et en italiques, de temps à autre, les remarques des parents de cette jeune fille. Vous savez le genre de choses qu’on dit devant un enfant en pensant qu’il ne comprend pas, de toute façon, la portée des mots employés….

 

Ces réflexions destructrices, réductrices qui empêchent de grandir en toute sérénité….

«…. tu vas finir par nous faire mourir de chagrin… »

 

Alors Muette fuit…dans sa tête puis dehors et encore dans sa tête….

Muette fuit parce qu’elle est transparente devant les adultes et pourtant….

 

« Muette, c’est juste une question de silence, d’extrême retenue et de regard qu’il n’est jamais possible d’accrocher. »

 

si on se penchait sur elle, peut-être que ses yeux se noieraient dans le regard de l’autre….

 

Le style haché, morcelé donne l’impression qu’il faut « parler » vite, très vite pour expliquer le malaise, le mal-être …

Un peu comme s’il suffisait de mettre des mots sur la douleur pour qu’elle soit moins vibrante…

On voudrait communiquer avec Muette, s’approcher, lui tendre la main et l’apprivoiser comme le renard du Petit Prince….

 

Titre : Muette

Auteur : Eric Pessan

Éditions : Albin Michel

Collection : littérature générale

224 pages

ISBN : 9782226249708

 

Quatrième de couverture

 

« La nuit, déjà, et Muette écoute vibrer les insectes, glissée jusqu’au nez dans son sac de couchage. Elle a chaud mais ne peut se résoudre à se découvrir. Dehors, dans le grand monde, des gens courent à sa recherche, elle n’a plus de doute à ce sujet. Elle y est. Elle a grand ouvert les portes de sa vie. »

Par sa maîtrise de la langue au plus près des émotions, des impulsions et des souvenirs d’une jeune fugueuse, Eric Pessan, l’auteur d’Incident de personne, compose un roman envoûtant et d’une rare justesse pour évoquer la mue mystérieuse de l’adolescence.

 

Commenter cet article