Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

salon d emilie  Une chronique de Cassiopée.

 

En regardant ce livre, une chose est certaine: si je l’avais vu en version broché grand format, l’illustration ne m’aurait pas fait envie… En éditions de poche, elle est plus attirante à mon goût.

Cet aparté fait, j’ai vraiment apprécié cette lecture.

 

D’une écriture qui peut sembler légère, mais qui reste «racée» (le vocabulaire de l’époque –nous sommes aux alentours de 1643-- y est employé avec intelligence et à bon escient: saviez-vous qu’un poulet est un billet doux ?), Emmanuelle de Boysson nous emmène dans les salons des dames de Paris où va se trouver propulser Emilie malgré elle. Jeune bretonne dont le père vient de mourir, très cultivée grâce à lui (elle sait lire et écrire, apprécie la belle littérature et peut en parler, un fait rare pour l’époque), elle va commencer comme préceptrice dans une famille bourgeoise où elle a été «recommandée». Prise en affection par une des dames qu’elle côtoie, elle sera ensuite introduite plus avant dans les «salons où l’on cause». Emilie est fine, intelligente, mais parfois son ambition l’a fait agir avec maladresse… Elle n’aura pas toujours la vie facile et ne pourra pas choisir son destin… Malgré tout, elle est volontaire, c’est une femme qui ne se laissera jamais miner par le chagrin quitte à tourner ses malheurs en dérision, elle essaiera de faire face.

 

C’est la société bien pensante de l’époque de la Fronde que nous croisons dans ce roman.

Les hommes sont un peu rustres, quelquefois violents car ils se sentent investis de la toute puissance. Les femmes font tout pour se retrouver entre elles, échanger des secrets, parler de lectures, des «amies» (quand elles ne sont pas là), de leurs beaux amants qui leur font découvrir le vrai plaisir….. Elles cherchent, adroitement, à se démarquer de leurs époux qui les considèrent comme des «potiches» (et peut-être aussi des «pouliches»)….

 

On pourrait croire que tout cela a un petit air suranné, vieillot à souhait et bien pas du tout!!!

Les descriptions sont très vivantes, entrecoupées de quelques pages du journal intime d’Emilie qui nous permettent de voir ce qui se passe sous un autre angle. On découvre les intrigues de la cour, les complots, la vie quotidienne (notamment le rapport à la médecine).

C’est l’époque où les femmes commencent à écrire et où les hommes se targuent d’être bien meilleurs qu’elles, se demandant de quel droit elles osent prendre la plume…

On croise des hommes (Corneille entre autres…) et des femmes ayant réellement existé et glissés ça et là (avec des références réelles) au cœur de l’intrigue.

 

C’est prenant, facile à lire, on redécouvre une période de l’histoire sans avoir de lourdeur dans le texte.

On s’attache aux pas de la jeune Emilie, on a envie de la voir grandir, de savoir ce qu’elle devient, de l’aider à trouver sa place dans la société, de la conseiller quand elle fait preuve de trop de fougue et en pâtit par la suite …

On voudrait qu’elle soit heureuse, tout simplement …


Titre: Le temps des femmes: Tome 1: Le salon d'Emilie

Auteur : Emmanuelle de Boysson

Éditeur : J'ai lu, Paris

Collection: Littérature générale: Roman historique

Nombre de pages : 411 pages

ISBN : 9782290039403

 

 

Quatrième de couverture:

 

Dans les tourments de la Fronde qui traumatise Louis XIV enfant, Émilie, jeune Bretonne sans le sou, part tenter sa chance à Paris. Elle y devient préceptrice chez la comtesse Arsinoé de La Tour qui l'introduit dans les salons littéraires. Son ambition provoque la jalousie des précieuses qui manient aussi bien l'art de la conversation que la raillerie. Cette caste arrogante s'accommodera-t-elle de sa modeste condition ? Émilie tient son journal, tente de se protéger des coups bas, s'impose. Trouvera-t-elle la force de quitter son vieux mari, noble et fortuné, pour suivre Ronan, l'homme qu'elle aime, un poète libre et pauvre?



Commenter cet article