Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

fibromyalgieUne chronique de Christine.
Fibromyalgie. Un mot bien étrange, qui sonnerait plutôt joliment aux oreilles si derrière ne se cachait pas un mal aussi pénible que méconnu.
Les statistiques sont pourtant là, attestant que dans nos pays industrialisés ce mal affecterait de 2% à 6% de la population. Pour le reste du monde, le corps médical a certainement d’autres préoccupations, d’autres priorités, mais le manque de données n’est pas la preuve d’une non-existence de malades subissant au quotidien cette douloureuse pathologie.
David Lassalle se bat depuis des années. Contre la maladie. Contre les difficultés à l’affronter jour après jour.
Et surtout pour que cette maladie soit vraiment reconnue et prise en charge en tant que telle, pour que ceux qui en sont atteints ne se sentent plus seuls face aux méandres administratifs, aux regards des proches, à l’incompréhension du monde du travail.
Car faute d’être suffisamment connue et prise en charge correctement, cette maladie va alors bien souvent être dissimulée sous d’autres étiquettes : dépression, mal-être, apitoiement sur soi-même, stress, voire hypochondrie… On accusera les malades d’en être la cause, et non les victimes ! Nombre d’entre eux resteront alors au bord du chemin, de plus en plus isolés dans leur douleur, et sans recours.
« Cette pathologie est bien réelle, on en parle enfin. Il y a dix ans de cela, nous étions considérés comme relevant de la psychiatrie par l’ensemble du corps médical. »
Après un remarquable travail sur l’historique de cette maladie, il nous montre comment, par méconnaissance, par préjugés, ou par mépris, il a été difficile de poser un diagnostic. Et combien il est difficile de trouver un traitement.
Car chaque cas est unique, chaque malade vit différemment sa maladie. Il faut sans cesse tâtonner, remettre en cause ce qui était efficace hier et ne l’est plus aujourd’hui. Il faut en permanence trouver de nouvelles solutions, de nouvelles manières de s’adapter.
Avec des mots simples, des phrases de tous les jours, David nous raconte son propre combat.
Cela pourrait aurait très facilement pu tomber dans le piège du pessimisme ou du pathos… Mais pas du tout !
Bien au contraire !
Le ton est juste, et même s’il ne cache rien des moments de découragement, il n’en fait pas moins passer un formidable message d’espoir, sans jamais perdre son sens de l’humour, sans jamais se départir de son élégance ni de son humanité.
À aucun moment il n’est question de donner des recettes, des leçons de morale, ou de porter un jugement.
Mais par contre, on découvre que des actions sont menées, que des associations se battent, que des malades se regroupent.
Il y a des témoignages, il y a des exemples. Il est possible d’agir.
D’un combat individuel David Lassalle en tire une réflexion universelle sur la nécessité de ne jamais perdre espoir.
Ce livre à la fois très intéressant et touchant ne peut laisser personne insensible, que l’on soit malade, proche d’un malade, ou totalement ignorant des faits.
Un livre qu’il lui fallait écrire, non seulement pour lui et pour témoigner de son combat, mais pour tous ceux qui n’osent plus prendre la parole à cause de cette maladie qui les isole et les emprisonne dans un carcan de douleurs.
Malades atteints de fibromyalgie, vous n’êtes plus seuls.
Christine, (Blog :Bibliofractale)
Fibromyalgie : Autopsie d’une douleur au zénith… 
David LASSALLE 
Éditions Brumerge 
290 pages ; 20 euros 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article