Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

cinquante-nuances.jpg 

Une chronique de Paco.

 

La curiosité est un vilain défaut, si je m'en tiens à ce dicton français. En ce qui me concerne, j'en ai pleinement fait les frais et j'en paye encore le prix d'une frustration totale. Frustré d'avoir perdu mon temps; frustré d'avoir suivi une histoire de 550 pages qui ne m'a absolument rien apporté, même pas du plaisir - contrairement aux personnages de ce roman, allez-vous me dire - et surtout totalement étonné de constater que ce livre serait le plus vendu au monde en ce moment. Comme un grand naïf, je me suis fait avoir par cette publicité, cette propagande gargantuesque et totalement abusive. Un tam-tam médiatique qui n'est absolument pas mérité. Il y a tellement d'auteurs inconnus, ou presque, qui mériteraient rien que le double de cette attention!

 
A présent, j'assume pleinement mon choix. En ouvrant ce pavé, je ne savais pas du tout dans quelle direction je me dirigeais et j'imaginais, à tord, que j'allais ressentir une bonne tension dans cette histoire; une sorte de suspense basé sur le psychisme, occasionné par l'emprise physique et mentale que peut avoir une personne sur une autre, soit une situation tendue et inquiétante qui tient le lecteur en haleine par son côté malsain et vicieux. Un thriller psychologique érotique, pourquoi pas? Mais ici, la tension ne se trouve que dans le slip de Christian Grey et tout ce que je pensais y trouver - pas dans son slip, mais dans le roman! - ne s'y trouve pas. Sur ce plan-là, j'assume, cela m'apprendra à vouloir sortir de mes styles habituels.

 
Par contre, ce que je ne prends pas sur moi, c'est le style d'écriture de ce roman. C'est mal écrit, respectivement je n'y trouve aucune subtilité, aucune adresse ni finesse; c'est plat et inconsistant. Le rythme est lent et désastreux, à un tel point que cela devient un calvaire de tourner les pages. Cela n'avance pas, ça se répète encore et encore... à se demander si l'auteur a tenu à nous agacer volontairement. Prenez dix pages du livre, vous les photocopiez pour en faire 550 pages, et vous tenez ce roman complet entre vos mains. 

 
Les personnages sont lassants et encore une fois agaçants. C'est désespérant. Aucune épaisseur, aucun caractère, impossible pour moi de m'attacher à ces protagonistes. L'héroïne principale, Anastasia Steele, a l'art de nous "pomper" l'air et de nous casser les pieds avec son côté idiote, immature et naïve, voir stupide. Nous avons même droit à ses pensées débiles, alors que nous sommes déjà complètement anéantis par l'absurdité de ses paroles. Plus de 550 pages à être témoin des hésitations d'une gamine en mal d'amour qui, il faut l'avouer, m'a profondément emmerdé avec ses commentaires intérieurs à répétitions.

 
Sa relation avec le fameux Christian Grey en devient risible, burlesque et désopilant. Cette jeune fille ne sait pas ce qu'elle se veut et cela devient franchement insupportable. Répétitions et encore des répétitions... Les dialogues.... ah les dialogues.... Bon allez, je n'en parle pas, vous allez me dire que je suis vraiment un destructeur de romans... Et de toute manière vous n'allez pas me croire. Bon, cela tombe bien car je ne veux même plus y penser.

 
Le fil conducteur du roman, comme vous le savez certainement déjà, est basé sur cette relation sadomasochiste, sur la pratique du bondage dont est adepte Christian Grey. Ce côté dominant-soumise aurait éventuellement pu être intéressant - voir instructif - mais même à ce niveau-là c'est franchement décevant. C'est soft, non explicite et ce rapport soi-disant sadique en devient presque frustrant, comme si l'auteur aurait eu peur de nous heurter, nous, lecteurs sensibles. N'allez pas croire que vous tenez là, entre vos mains, le manuel du parfait sadomaso! Si le Marquis de Sade serait encore vivant il aurait, je pense, le même sentiment que moi. Bon, d'accord, Donatien Alphonse François de Sade était peut-être un peu extrême, je le conçois!

 
Sérieusement, j'en attendais tout de même un peu plus de ce côté-là, autant trouver quelque chose de captivant dans ce roman. S'il vous plaît, pas de commentaires désobligeants, je suis sûr que vous penserez comme moi. A présent, je suis conscient que ce n'est pas forcément le but du roman d'être poussif par rapport à cet aspect-là, mais alors autant partir dans une aventure amoureuse standard, car je ne vois pas l'intérêt de faire les choses à moitié. Vous allez vraiment me prendre pour un sadique! 

 
Pour conclure, si je fais le constat de ce que je viens d'écrire, vous pouvez croire que ce roman ne rapporte rien. Je n'irai pas jusque là car je suis conscient que tous les goûts sont dans la nature. A présent, ce n'est pas du tout mon style et je peux même imaginer qu'il peut plaire. C'est une histoire d'amour qui est censée avoir beaucoup de piment, mais finalement le plat manque totalement de saveur. Mais si vous aimez les relations amoureuses basées sur le doute, l'hésitation et l'incertitude, vous allez sans doute apprécier.

 
Et si vous aimez voir une jeune fille se faire prendre toutes les deux pages, voir toutes les pages, (il y en a plus de 550), vous allez également y trouver votre compte. Personnellement, au bout d'un moment, ne trouvant rien d'autre de valable dans cette oeuvre, je me suis contenté d'apprécier uniquement ces multiples scènes de cul. Mais même à ce niveau-là, au bout d'un moment... C'est plus que lassant! Car même durant ces moments torrides, nous avons droit aux pensées totalement absurdes, insanes et stupides de mademoiselle Steele. Je suis méchant mais franchement ça fait limite pitié et ça casse un peu le charme. 

 
Il est vrai que soi-disant 40 millions de personnes l'ont acheté; mais cela ne veut pas forcément dire que 40 millions de personnes l'ont apprécié. Mais ceci n'est plus mon problème, je suis déjà passé à autre chose. Bonne lecture quand-même si vous avez l’âme d’un sadomaso et que vous aimez vous faire du mal…

 


Paco (passion romans)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

frida 27/11/2012 22:39

Merci Merci
Je n'ai rien à ajouter sinon à me lamenter sur la puissance de la médiatisation de ce livre minable, plein de clichés, ennuyeux ...Lamentable pour la gente féminine... écrit sur un coin de table,
et où le leitmotiv doit être le nombre d'exemplaires vendus. J'en appelle au boycott !!!

Liliba 17/11/2012 15:06

Alors toi aussi tu as craqué !!!