Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Une chronique de Cassiopée

Une libraire, Esther, a décidé, en souvenir de son père, d’animer un atelier d’écriture « à distance ». Ses « élèves » devront écrire à deux personnes et lui donner un double des courriers afin qu’elle les conseille, les aide à améliorer leur style.Au départ, son but est simple, redonner le goût de la correspondance écrite, à une époque où mails et textos envahissent notre quotidien.

Le style épistolaire est pour moi un vrai plaisir de lecture. J’aime écrire (des lettres), choisir les mots, les expressions qui permettront de partager mon ressenti. Je suis intimement persuadée qu’on peut dire, par écrit, des choses qu’on a du mal à partager par oral. Et inversement, à l’écrit, on peut accepter des remarques, qui auraient provoqué de la colère en nous. Sur le coup, on peut être en rage puis en relisant, on essaie de comprendre ce que l’expéditeur a voulu nous dire et cela atténue la violence du propos.

Les participants à l’atelier d’Esther sont parfois arrivés là par hasard, parfois guidés par un médecin, mais tous ont finalement une raison profonde d’avoir fait ce choix. Il y a un couple qui ne communique plus, un lycéen, des personnes seules. On va découvrir leurs courriers, leurs échanges et parfois un peu de leur vie à côté mais ce sont les missives qui constituent l’essentiel de ce très beau roman. Ils se confient, parlent de leurs blessures, puisque la première question d’Esther est : « Contre quoi vous défendez-vous ? »

Avec une belle plume, adaptée à chacun des protagonistes, l’auteur donne la parole de fort belle manière, avec énormément de justesse, à ces hommes et ces femmes. Ils sont issus de différents milieux, diverses générations, avec des aspirations, des problèmes qui leur sont propres, mais écrire va les amener à cheminer, à évoluer, parfois à se remettre en question. En correspondant, ils vont de plus en plus loin dans la confiance, les confidences….est-ce plus facile avec un ( e) inconnu (e ) ? L’écriture est délicieuse, emplie d’humanité. Cécile Pivot n’en fait pas trop, elle reste délicate dans son propos. Pourtant elle aborde des thèmes qui ne sont pas aisés : la mort, la maternité, l’ambition démesurée etc, et elle oblige chacun (y compris le lecteur) à se poser une question fondamentale : quel sens je veux donner à ma vie ?

Une belle découverte, un recueil plaisant et un passage merveilleux, plein de poésie, sur « la cabine du vent »…..

 

Éditions : Calmann-Lévy (19 août 2020)

ISBN : 978-2702169070

320 pages

Quatrième de couverture

En souvenir de son père, Esther, une libraire du nord de la France, ouvre un atelier d’écriture épistolaire. Ses cinq élèves composent un équipage hétéroclite : une vieille dame isolée, un couple confronté à une sévère dépression post-partum, un homme d’affaires en quête de sens et un adolescent perdu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article