Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Et la vie reprit son cours, de Catherine Bardon

Une chronique de Cassiopée

Ce roman est le troisième de la saga familiale commencée avec « Les déracinés ». L’auteur nous raconte l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui ont fui l’antisémitisme et se sont installés peu avant la seconde guerre mondiale en République Dominicaine. C’est un pan du passé mal connu que Catherine Bardon présente avec beaucoup de brio.

Dans « Et la vie reprit son cours », on retrouve des personnages des deux livres précédents et on continue d’observer leur quotidien, leur évolution, leur vie. Certains se sont attachés à cette nouvelle terre et ont construit quelque chose, ils ont réussi à s’enraciner, à créer un passé et à s’attacher à ce lieu. D’autres ont choisi de ne pas rester, de tenter l’aventure et de partir ailleurs encore une fois.

Le récit, qui nous est conté, est ancré dans des événements historiques qui servent de toile de fond d’une façon discrète mais intelligente, permettant de voir les réactions des uns et des autres. Les faits se déroulent de 1967 à 1979. C’est Ruth qui cette fois est au cœur des différents chapitres. Elle est revenue sur la terre de son enfance puisqu’elle est née en République Dominicaine. Sa mère, Almah, a vieilli mais elle n’a rien perdu de son besoin d’indépendance, de son franc parler et surtout de son optimisme. C’est une femme magnifique de par sa « présence » et son caractère, elle rayonne dans les pages même si elle n’a pas le premier rôle. Sa fille Ruth est fougueuse, elle entend mener sa vie à sa guise. On sent qu’être « au pays » l’apaise comme si se poser lui apportait une certaine forme de sérénité et parfois de sagesse mais pas toujours, elle reste un peu impétueuse …. Elle va revoir son amie Lizzie qui apprécie les hippies et leur côté libre sans réaliser que cela peut être des fréquentations risquées et une pente dangereuse….. Leur amitié résistera-t-elle à leur approche de la vie qui n’est pas identique ? Vont-elles continuer à se comprendre ou le fossé va-t-il se creuser ?

L’écriture de Catherine Bardon est un régal. Son texte est vivant, ses descriptions précises sans fioritures inutiles. Il y a un côté film dans ce qu’elle présente, je pense que cela ferait une très belle adaptation pour une série télévisée. L’intérêt principal réside dans le fait que les protagonistes sont très réalistes et que le contexte historique est captivant à découvrir. Ceux qu’on côtoie sont des individus comme nous avec leur jardin secret, leurs soucis, leurs joies, leurs peines. Ils sont « palpables » et forcément attachants.  Comme Ruth, sa famille et ses amis connaissent du monde dans d’autres contrées, cela permet à l’auteur « d’étoffer le décor », d’évoquer des actes dans d’autres coins du monde (l’assassinat de Martin Luther King entre autres), de parler de politique, de musique, de manifestations ou divers mouvements de foule…. Ne croyez pas que tout cela soit en surabondance, pas du tout. C’est en filigrane, et ça nourrit le texte avec justesse. Je trouve qu’il y a un bel équilibre entre la vie de nos héros et les références à l’époque où se déroule cette partie de la saga.

Des thèmes variés sont abordés avec doigté. Les choix de chacun obligent le lecteur à se questionner : qu’aurais-je fait à leur place, aurais-je vécu tranquille, culpabilisé, pris une autre décision ? On s’aperçoit que tous ont du caractère, le souhait de s’en sortir, d’avancer mais ils ne sont pas armés de la même façon et en ça, l’auteur montre combien il est difficile pour chacun de trouver sa place.

Cette lecture a été un vrai plaisir et j’espère bien qu’il y aura une suite !

 

Éditions : Les escales (28 mai 2020)
360 pages

Quatrième de couverture

Jour après jour, Ruth se félicite d'avoir écouté sa petite voix intérieure : c'est en effet en République dominicaine, chez elle, qu'il lui fallait poser ses valises. En retrouvant la terre de son enfance, elle retrouve aussi Almah, sa mère. Petit à petit, la vie reprend son cours et Ruth – tout comme Arturo et Nathan – sème les graines de sa nouvelle vie. Jusqu'au jour où Lizzie, son amie d'enfance, retrouve le chemin de Sosúa dans des conditions douloureuses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article