Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Amoros de Marc Gautron

Une chronique de Cassiopée

Antoine est un homme un peu transparent, que ce soit au bureau ou ailleurs, il ne fait pas parler de lui, n’a pas beaucoup d’ambition et il subit sa vie plutôt que d’en tracer le chemin. Ça ne le dérange pas d’être ainsi, il ne recherche pas autre chose. Voici l’heure de la retraite, une petite fête organisée par les collègues... A vrai dire, il s’en serait volontiers passé…il n’avait rien demandé, lui. Mais une fois encore, il subit, il se sent « extérieur » à ce moment, comme s’il n’était pas concerné. Et puis quelle idée a eu sa chef de lui offrir un ciré de marin, jaune, bien voyant ? De plus, un concours de circonstances ou le hasard, appelez ça comme vous voulez, fait qu’il se retrouve avec une mission. Laquelle ? Se rendre en Bretagne, séjourner quelque temps dans la maison de sa supérieure et mettre des fleurs, au cimetière, sur les tombes familiales, pour la Toussaint, à sa place. Antoine, il ne sait pas dire non, ce n’est pas dans sa nature alors il se laisse faire, prêt, pour une fois, à mettre un peu de fantaisie dans sa vie.

Antoine, c’est un homme hyper sensible, trop diraient certains. Il souffre de maux de tête, de visions. Pourquoi ? Parce qu’il « communie » avec ses émotions, avec les éléments, il les absorbe, s’en nourrit et il oublie de vivre pour lui-même.

« Le plus souvent dans les rapports humains, ce n’est pas l’autre en lui-même qui nous importe, mais l’image de nous qu’il reflète. »

Il part en Bretagne, s’installe dans la petite demeure dont il a les clés. Il pense rester un peu, un petit tour et puis s’en va… Sauf que rien ne se déroule comme prévu…. Finalement lui qui imaginait une retraite assez terne, sans but, les événements vont bousculer tout ça. Va-t-il pour autant se transformer, prendre sa destinée en mains ? C’est peut-être l’occasion pour lui d’agir, d’être plus en harmonie alors qu’il ressent depuis toujours une discordance intérieure…. Sera-t-il capable de réinventer son quotidien, de sortir des cases, des rôles distribués qui emprisonnent ? Quelle influence

C’est avec une écriture musicale, délicate, emplie de poésie et un style lumineux que Marc Gautron accompagne son personnage principal.  Il nous emmène dans un récit qui mêle des réflexions intenses et des rebondissements dans le vécu des protagonistes. Le lecteur n’a aucune certitude, d’un chapitre à l’autre, la situation peut évoluer car certaines choses sont imprévisibles, on ne maîtrise jamais tout.

J’ai beaucoup apprécié ce récit, il sort des sentiers battus mais n’est pas ésotérique. Il a une infime part de mystère, de rêve mais ça reste parfaitement dosé.  L’atmosphère est retranscrite avec doigté. Antoine est attachant, tant dans ses hésitations, que ses quelques certitudes. Il est infiniment humain. C’est presque un voyage initiatique auquel nous convie l’auteur, sublimant son phrasé pour nous en offrir le meilleur.

 

 

Éditions : Kyklos (13 Septembre 2019)
350 pages

Quatrième de couverture

Ils étaient arrivés sur la terrasse. A l'intérieur, les derniers clients du restaurant s'attardaient auprès du piano où l'un d'eux massacrait la Marche Turque. Antoine distinguait mal le visage de Kampaner, à la lueur de l'enseigne clignotante. « Vous allez au devant d'un combat, cher Monsieur. Je vois distinctement une forme sinueuse qui tourne autour de vous et cherche à vous enserrer. Quoi que vous fassiez, vous n'y échapperez pas. Vous serez mis à l'épreuve. Mais vous recevrez de l'aide. Il ne s'agit pas seulement de vaincre, mais aussi de sauver... » « Sauver... Qui ? »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article