Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Le lambeau, de Philippe Lançon

 Une chronique de Cassiopée

« Rien de ce qui est, n’est. »

Il y a des livres qui bouleversent, d’autres sont des « claques littéraires ». J’en ai pris une avec ce récit.

Pour Philippe Lançon, il y aura toujours « un avant » et « un après ».  Plus rien ne sera pareil. Il était au cœur de l’attentat de Charlie Hebdo en Janvier 2015 et a été touché dans sa chair, dans son esprit. Des mois d’hôpital, de combat pour récupérer et il est un autre homme. Il l’écrit, il n’est plus le même. Le premier est mort.

« Le lambeau » présente sa lente reconstruction physique et morale, son cheminement de Janvier à Novembre 2015. L’acceptation d’un nouveau visage, de sensations différentes ; son regard sur ce qu’il a vécu mais surtout sur ce qu’il vit. Il est sans complaisance pour celui qu’il fut, pour celui qu’il est maintenant. Il s’exprime avec un ton très juste, en peu de mots mais avec des phrases qui font écho, qui résonnent en nous. Il est maintenant dans l’urgence de vivre, il ne peut plus perdre de temps, autoriser des compromis. C’est fini, il est dans « l’ici et maintenant ». « Je dissolvais presque instantanément les crises et les peines comme si tout, désormais était trempé dans le travail napoléonien du corps : il n’avait pas d’énergie à perdre avec le souvenir du reste. »

Les mots l’ont aidé à avancer, à vivre, à survivre. « Ce qui comptait, c’était la sensation de vérité et le sentiment de liberté donnés à celui qui écrivait comme à ceux qui lisaient. […] Le patient ressuscitait d’entre les mots et reprenait le dessus. » Est-ce qu’écrire a été une thérapie ? Sans doute sous une certaine forme pour lui. En posant des mots sur les maux, il a pu passer douloureusement, lentement, un jour après l’autre à la suite de sa vie. Pour nous, ce qui domine, c’est le besoin de le comprendre, de partager et d’alléger sa peine en le lisant. Il nous explique sa relation aux autres, aux collègues disparus (plus proches de lui qu’ils ne l’étaient de leur vivant), ce lien indéfectible qui s’est créé. Il parle de ses échanges avec les chirurgiens, les kinés, les soignants, les malades…. Il a choisi de s’éloigner de certaines personnes, de se rapprocher d’autres qui l’aident à être plus fort. Il ne cherche pas à justifier ni à pardonner quoi que ce soit. Il avance pas à pas, vivant avec ses peurs, ses déceptions, ses espoirs, ses douleurs…. Il dit le poids des renoncements lorsque les greffes ne prennent pas et il signale le soutien nécessaire de tous ceux qui l’ont entouré, chacun à leur manière. Le personnel hospitalier montre une grande délicatesse à l’égard de ce blessé de la vie. Philippe Lançon nous rappelle combien on se sent redevenu petit lorsqu’on dépend des autres et combien leur attitude, faite de respect, d’écoute compte au quotidien. Il cite quelques livres et certains passages de ceux-ci qui l’ont accompagné comme des « doudous ».

Son écriture est porteuse de sens, puissante, sans pathos, sans détour, prenante. C’est un témoignage d’une rare intensité qui ne laisse pas indemne. On sent une force de caractère hors du commun, où est-il allé puiser tout cela ? En lui …. Toujours plus loin ….  J’ai lu ce texte en apnée, j’aurais voulu lui dire des tas de choses mais finalement, en lisant cette phrase : « Je pleure sur ma vie perdue, je pleure sur ma vie future, je pleure sur ma vie obscure, mais vous ne me verrez pas pleurer. », je me contenterai d’un mot : Merci.

 

 

Le lambeau
Auteur : Philippe Lançon
Éditions : Gallimard (12 Avril 2018)
ISBN : 978-2072689079
515 pages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article