Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Une joie féroce, de Sorj Chalandon

 Une chronique de Cassiopée

 « Je ne pleurnichais plus, j’avais une joie féroce »

Ce roman présente des portraits de femmes. A commencer par Jeanne, une libraire efficace et discrète, prête à tout pour s’occuper des autres et les rendre heureux. Et puis, un jour, le choc, la maladie, celle que certains appellent le crabe. Il faut combattre et faire face. Jeanne qui se sent seule et abandonnée, va finir par se relever et essayer de retrouver la forme. Pourquoi ? Grâce à qui ? Elle rencontre des femmes qui sont dans la même galère qu’elle et à la façon des mousquetaires, elles vont unir leur force.

Lorsqu’on découvre l’histoire de Jeanne, l’auteur parle à la première personne. Lui, un homme, se glisse dans le « je », dans la peau de cette femme, dans ses ressentis, ses émotions, ses peurs, ses espoirs, ses déceptions … Il le fait avec brio comme si c’était du « vécu » pour lui. Pour le reste du récit, c’est le narrateur qui reprend le déroulé des faits.

Peu importe que ce roman soit crédible ou pas, peu importe que le titre surprenne et soit, pour certains, mal choisi, peu importe que ce que décident de faire ces quatre amies ne tienne pas vraiment debout… Peu importe tout ça…. Pour moi l’essentiel est ailleurs …

Il est dans le message de résistance de ses femmes touchées au plus profond par la maladie, par le regard des autres, par le dédain de l’être aimé, par la maladresse des uns, par le « trop de tout » des autres…. Face à toutes ces souffrances, elles ont baissé la tête puis, comme le plongeur qui tape du pied pour remonter, elles se sont relevées, redressées, prêtes à gifler, à mordre, à prendre la vie à pleines dents, à dire « je suis là, j’existe »… C’est le fait de s’allier et faire bloc qui les a rendues plus solides. S’appuyant les unes sur les autres, portant la douleur de chacune à tour de rôle, elles ont avancé, un pas après l’autre, un jour après l’autre, recentrant leur vie sur l’essentiel, faisant le tri dans tout ce qui n’est pas vraiment source de joie….

L’écriture de l’auteur m’a happée dès les premières lignes. Elle est belle, lumineuse, porteuse de sens. Le style est vif, vivant. Je me suis attachée à Jeanne, puis à celles qu’elle rencontre. J’ai aimé rire et pleurer en leur compagnie. Je les ai trouvées parfois un peu « folles », mais un grain de folie n’a jamais fait de mal. Et dans ce monde aseptisé par les soins et les traitements qu’elles subissent, je pense que cette folie apportait la lumière nécessaire pour garder l’espérance.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture. Elle a un « je ne sais quoi » de rayonnant. J’ai écouté l’auteur dans une présentation qu’il fait de ce recueil, il dit qu’il met de lui dans ses livres, pas des morceaux, lui en entier donc il est Jeanne, il porte Jeanne sur le chemin de la rébellion et il le fait bien ! Merci !

Une joie féroce
Auteur : Sorj Chalandon
Éditions : Grasset (14 Août 2019)
ISBN : 978-2246821236
320 pages

 

Quatrième de couverture

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l’aime, Jeanne. Jeanne, qui a passé ses jours à s’excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d’elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d’avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s’en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article