Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

La vie sans toi, de Xavier de Moulins

Une chronique de Cassiopée

Fuites….

Lorsqu’on commence ce roman, on découvre un couple avec deux petites filles. Lui, il est peintre, il doit fournir des toiles pour une expo à son galériste mais l’inspiration le fuit alors il trouve des excuses, ment, fait croire que son travail avance… Elle, elle a décidé de se consacrer à la finance, elle jongle avec l’argent des riches pour les rendre encore plus riches. Comme ça, elle gagne bien sa vie et ça suffit pour la famille. Un mari artiste, ce ne sont pas des revenus réguliers, alors il faut bien que quelqu’un fasse bouillir la marmite… Mais ses journées sont chargées, beaucoup trop, toujours rivée sur son smartphone, à lires ses messages et ses mails mais c’est à ce prix là qu’elle réussit…. Elle fuit certainement quelque chose pour être « mariée » ainsi avec son travail mais quoi ?

Petit à petit, l’auteur nous glisse des indices, ces deux-là sont encore ensemble mais ils ont vécu un véritable drame et chacun fuit l’autre à sa manière… Le couple va mal, perd pied, est à la limite de l’implosion.  Comment survivre, vivre toute simplement quand les repères explosent, que l’épaule aimée n’est plus là pour vous soutenir, vous écouter, partager ?

Et puis survient une rencontre, et tout semble aller dans une direction différente. L’auteur joue avec nos nerfs et c’est d’une traite qu’il faut découvrir cet ouvrage pour s’en imprégner, aller vers l’indicible, revenir puis repartir…. Ce qui démarre comme un livre sur un couple en crise devient un thriller psychologique et vous ne savez plus qui dit vrai, qui interprète les faits (et lorsque vous lisez les dernières pages, tout peut être remis en cause à nouveau). Chaque protagoniste (ils sont cinq) parle à son tour en disant « je ». Parfois, un même événement est revisité et on a des regards croisés, avec des approches différentes.

Xavier de Moulins a réussi un livre surprenant, totalement addictif, que l’on ne peut pas lâcher, nous captivant avec ce qui, au départ, ressemblait à une histoire banale. Il a su installer un rythme rapide, soutenu, avec des chapitres courts, des prises de parole intéressantes. Son écriture faite de peu de mots, déculpe et exacerbe les ressentis. On sent la douleur, la peur, l’angoisse, l’horreur monter au fil des pages. Il a un style constitué de phrases courtes, incisives, parfois sans verbe, quelques mots qui frappent. Fort. En plein cœur. Ou dans la tête. Et les questions fusent, se bousculent. Comme si toutes ces fuites entraînaient les personnages vers la folie. Le déséquilibre. L’instabilité. Vous savez quand tout se met à bouger sous vos pieds et que vous ne savez plus à quoi vous raccrocher….

Ce recueil est excellent, vraiment. Il nous fait passer par tout un tas de sentiments, nous abandonne troublés car la vérité n’est peut-être pas celle qu’on imagine. J’avais beaucoup aimé « Les Hautes lumières » et je me demandais comment l’auteur allait pouvoir me surprendre à nouveau. Et bien, chapeau bas. Non seulement, c’est réussi mais il m’a littéralement scotchée. Je dois dire que la quatrième de couverture est très intelligente. Pour une fois, elle n’en dit pas trop et pourtant, elle provoque l’envie de lire ce récit ! Des thèmes intéressants sont abordés, le deuil, la culpabilité, l’art, le monde de la finance, la place des parents, des amis, chaque fois en quelques lignes, bien ciblées et c’est suffisant pour qu’on se demande comment on aurait réagi….

Une lecture à découvrir !

NB : La couverture, magnifique, nous rappelle que parfois, tout est illusion et que l’image donnée n’est pas obligatoirement le reflet de la vérité.

 

La vie sans toi
Auteur : Xavier de Moulins
Éditions : Jean-Claude Lattès (27 Mars 2019)
ISBN : 978-2709664158
310 pages

Quatrième de couverture

Mariés, Paul et Eva ont vécu il y a huit ans un drame qu’ils s’efforcent d’oublier. Un jour, un homme mystérieux débarque dans leur vie... Chaque famille a ses secrets, chaque couple ses mensonges. Mais nul n’échappe aux fantômes du passé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article