Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Couleurs de l’incendie, de Pierre Lemaitre

Une chronique de Cassiopée

« Couleurs de l’incendie » fait suite à « Au revoir là-haut », récompensé par le prix Goncourt en 2010. Ce dernier est le premier livre d’une trilogie déclinée par Pierre Lemaître. Sortant de ses écrits habituels (à la base, il se consacrait à des romans policiers), il lui fallait relever un vrai défi. Le tome un a eu de nombreux prix, a été mis en exergue par la critique, a donné naissance à un film…il était donc d’autant plus difficile de se lancer dans le deuxième car l’auteur était attendu « au tournant ». J’hésitais d’ailleurs à le lire par peur d’être déçue. Le verdict ? Un roman abouti, réfléchi, parfois teinté d’humour et surtout très équilibré avec un dosage quasi parfait entre fond historique, amour, vengeance, vrais gentils et petits salauds...

Dans « Au revoir là-haut », nous avons laissé, dans les dernières pages, une famille en deuil.  Edouard, gueule cassée, s’était jeté sous les roues de la voiture de son père. Nous restons dans les funérailles puisque le livre commence avec les obsèques du père d’Edouard, Marcel. C’est, de ce fait, Madeleine, qui va se retrouver à la tête d’une immense fortune.  Elle a un fils Paul. Elle ne connaît rien aux affaires (d’ailleurs son père avait prévenu les collaborateurs) et le rôle de « potiche » au conseil d’administration sera bien suffisant, pourvu qu’elle ait toujours de l’argent à disposition. Comme, de plus, elle a de gros soucis (et même pire que ça) à régler avec son chérubin, autant se tenir loin des chiffres et près des billets. Dont acte. Cela lui convient.

Le problème, c’est que ça ne dure pas et hop, en quelques pages, la voilà quasiment sur la paille, bouche bée et le lecteur avec. Mauvais placements ? Excès de confiance envers les collaborateurs dévoués ? Coup du sort ?  L’heure est grave et il faut agir…. La frêle femme effacée et discrète, presque éteinte, va armer son bras d’un arc vengeur et agir !!!! Nous allons assister à la reconstruction de cette femme. Elle va déployer des trésors d’ingéniosité, sur fond de crise tant politique qu’économique. Elle est machiavélique, elle sait bien s’entourer et au jeu à qui perd gagne, elle est très forte ! Excessivement forte ! Les événements vont s’enchaîner pour notre plus grand plaisir.  Une fois la lecture commencée, impossible de s’arrêter !

 L’écriture de l’auteur est teintée d’une ironie mordante. Il se permet d’interpeler le lecteur (pour être sûr qu’il suit ?), lui disant « si vous vous souvenez bien, il y avait…. ». Il introduit des personnages qu’ils dtéaillent sans que ça nous lasse tellement c’est bien fait (et pourtant, a-t-on besoin d’informations sur la dentition des jumelles à marier ?) Il tisse une toile, peint une fresque, installe petit à petit ses personnages, les englobant dans le texte tellement bien qu’on a l’impression qu’ils ont toujours été là. C’est diablement bien fait ! Par exemple, la cantatrice qui a des airs de Castafiore, est très visuelle, je ne la voyais que comme la Castafiore d’Hergé, impossible d’enlever cette image….

J’aime beaucoup le style de Pierre Lemaitre, il y a un équilibre dans son écriture qui me convient bien. C’est agréable, il y a du suspense, de l’amour, de l’humour, des petits clins d’œil qui amusent, une trame de fond historique pas trop pesante et des individus truculents, parfois un peu caricaturaux mais tellement bien campés !  

J’ai lu ce livre d’une traite et j’espère que la suite (et fin) ;-( sera également de qualité !

 

Couleurs de l’incendie
Auteur : Pierre Lemaitre
Éditions : Albin Michel (Janvier 2018)
ISBN : 9782226392121
550 pages

Quatrième de couverture

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l'empire financier dont elle est l'héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d'un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l'adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l'ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d'intelligence, d'énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article