Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Un arbre, un jour de Karine Lambert

Une chronique de Cassiopée

« Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse. »

Il a cent trois ans, et depuis cent ans il est installé sur la place du village. Témoin de la vie de plusieurs générations, il sait tout, voit tout, entend tout. Certains montent s’installer sur ses branches, d’autres s’adossent à lui, quelques un le serrent dans leur bras, il paraitrait même qu’on a vu des gens lui parler ..… Pourtant le maire a décidé d’abattre ce vénérable centenaire.  Pourquoi ? Un expert dit qu’il a perdu de sa solidité et qu’il ne va pas bien… Qui est-il ? Un platane….

Lorsqu’il s’exprime (en disant « je »), un fin dessin de feuille de platane nous prévient, si c’est un humain, il y a son nom en italiques avant que le narrateur ne parle. En tête de chapitres, des dates, la première, le 1er Mars, qui annonce l’abattage pour le 21 du même mois, date où on fête le printemps…  A-t-on idée d’ôter la vie à un végétal un jour pareil ?

 Ce gardien de la mémoire nous murmure à l’oreille des secrets car ses ramifications lui permettent de tout observer. Il ne sait rien de ce qui se trame pour sa mort programmée même s’il sent la fébrilité et l’agitation gagner la place où il habite et les alentours…. C’est Clément, un jeune garçon d’une dizaine d’années qui le premier s’insurge et s’essaie à la résistance. Il sera finalement suivi de quelques adultes. Chacun des habitants semble avoir un lien particulier, personnel, avec l’arbre. Nous avançons au rythme des jours, découvrant la vie des uns et des autres : deux sœurs âgées, la tenancière du bistrot PMU, une jeune femme qui se cherche, l’employé municipal, bien ennuyé de toute cette opposition et bien d’autres… Une galerie de portraits comme les aime Karine Lambert. Des hommes et des femmes ordinaires qui par la force de la vie peuvent devenir extraordinaires… Elle arrive à magnifier ceux qu’elle décrit, en quelques mots, bien choisis, bien pensés, elle les rend humains. Est-il vraiment utile et judicieux de se battre pour un arbre ? A chacun sa vérité, mais cette situation fait causer et les gens du village se côtoient un peu plus par la force des choses.

L’écriture de l’auteur est à fleur d’écorce, à fleur de mots, elle est faite de petites touches légères qui vous effleurent comme un souffle, comme une caresse, et pénètrent pourtant au plus loin dans votre esprit…. On peut croire qu’un tel thème est léger et pourtant, la lutte des habitants va faire ressurgir beaucoup de sentiments cachés, certains vont s’exprimer à cette occasion… L’arbre protecteur est devenu le déclencheur de liens beaucoup plus profonds. Il crée une communauté autour de lui et par l’énergie que les villageois déploient pour le sauver, il rayonne et unit ….

J’ai passé un moment doux et délicat avec cette lecture, comme une pause offerte au milieu de l’agitation. Je me suis ressourcée auprès de ce platane.

Une mention spéciale pour la couverture, qui comme le reste de cet opus, exprime beaucoup en quelques traits. Et si vous ne connaissez pas le livre et / ou le film « L’intelligence des arbres », je vous le conseille, il complètera cette lecture en vous rappelant qu’un arbre est un être vivant…..

NB : lu un premier Mai pluvieux, ce recueil a été un rayon de soleil au milieu d’une journée de grisaille. Merci  Madame Lambert !

Un arbre, un jour …
Auteur : Karine Lambert
Éditions : Calmann-Lévy (Mai 2018)
ISBN :  9782702163245
265 pages

Quatrième de couverture

En ce matin de printemps, un avis d’abattage est cloué sur le platane centenaire qui ombrage ce village de Provence. Entraînés par un petit garçon effronté, sept habitants s’unissent pour découvrir qui souhaite la mort du géant.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article