Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

In Purgatorii, de  Johann Moulin

Une chronique de Cassiopée

Une collection qui porte bien son nom…

Richard travaille dans le cinéma, les finances suivent et il n’a pas de problèmes d’argent. Rachel, sa compagne, est une parisienne dans l’âme, elle aime la ville, le mouvement… Richard lui a préparé une surprise :  il a acheté, en Picardie, une maison très très chère, immense sur un terrain encore plus immense. Mais il a tout prévu : connexion haut débit, confort, aménagements pour sa douce moitié… Il l’emmène, là bas, à un peu moins de deux heures et demi de la capitale en espérant que, comme lui, elle aura le coup de foudre pour la demeure et les environs. On la sent un tantinet dubitative au début mais elle y va et lorsqu’elle découvre la petite dépendance que son cher et tendre a prévu pour elle, elle tombe sous le charme. Le soir venu, un tour  au village du coin tend à prouver que finalement la Picardie n’est pas un trou perdu…. En ce qui concerne Richard, il a pensé à aménager le sous-sol pour en faire un atelier : puits de lumière, une grande pièce pour sculpter, peindre, penser aux décors de cinéma qu’il veut faire… La belle vie !! Et Paris n’est pas si loin… pour les jours de gros blues…. Tout devrait bien se passer !

Le silence de la campagne environnante les surprend mais ils s’habitueront, ils sont jeunes, enthousiastes et amoureux ! Sauf que… des choses bizarres se produisent ou semblent se produire puisque seul Richard en est le témoin (oculaire ou auditif…) Serait-il en train de souffrir d’hallucinations, est ce le surmenage ? Rien n’est rationnel, car ce qu’il voit ou entend est à la fois différent et semblable à chaque « contact »…. Se taire, en parler, attendre ?  Et surtout que faire ? Faut-il prendre le risque de déstabiliser son couple en racontant à Rachel des phénomènes inexplicables qu’elle ne constate pas ?

Richard ne sait pas, ne sait plus, mais un événement qu’il va prendre à cœur l’entraînera dans un choix. Est-ce le bon ? A-t-il raison, ne se met-il pas en danger sans mesurer tous les risques qu’il prend ? Se passe-t-il vraiment quelque chose de surnaturel et si c’est le cas, quoi ? Ou se crée-t-il un monde, lui qui a l’habitude du contexte du cinéma où la réalité est faussée et n’est jamais celle qu’on croit ?

Johann Moulin commence tout doucement puis va crescendo. Avec une écriture parfaitement maîtrisée, il nous entraîne dans les délires et les tourments de Richard. De l’enthousiasme communicatif (le lecteur serait presque envieux de cette belle baraque et de son terrain démesuré) à l’accablement face aux problèmes, il décrit avec aisance les frayeurs, les mini espoirs, les dégoûts des différents protagonistes. On passe par toute une palette de sentiments jusqu’à l’estocade finale. Restant à la limite du crédible, n’en faisant pas trop dans le paranormal, ce récit est addictif, prenant et démontre combien, dans un couple, il est nécessaire de se parler, de s’écouter, de se comprendre avant de se lancer dans des projets qui modifient totalement le quotidien….

J’ai beaucoup aimé ce recueil, j’ai eu peur juste ce qu’il faut ;-) L’écriture et le style de l’auteur m’ont beaucoup plu : vif, acéré, sans temps mort et laissant une part intéressante au profil psychologique de chacun, sans tomber dans l’exagération. Un ensemble bien dosé, à découvrir.

In Purgatorii
Auteur : Johann Moulin
Éditions : Aconitum (Février 2017)
Collection : Frisson
ISBN : 979-1096017133
285 pages

 

Quatrième de couverture

Souhaitant changer de vie, un couple parisien quitte la capitale pour une nouvelle maison. Des phénomènes étranges se succèdent alors. Le mari, obnubilé par l’envie de transformer son sous-sol en atelier de travail, sera assailli par des visions, harcelé par des créatures qu’il croit d’abord imaginaires...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article