Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Eh bien dansons maintenant ! de Karine Lambert

Une chronique de Cassiopée.

« On ne refuse pas la chance »

Pour son mari, Marguerite, (Maguy pour être plus distinguée avait-il dit), était une petite chose fragile, la personne « obligatoire » pour afficher un bon standing de vie et une épouse parfaite. Pas de fantaisie, pas de folie. Une vie lisse, réglée, installée où il organisait, décidait et elle, elle subissait…. Elle s’en accommodait et lorsqu’elle se retrouve veuve, son fils prend le relais. Il la surveille, « l’enferme » dans un quotidien étroit où tout est planifié, poli et prévu. « II est fils unique, il n’y a que lui pour maintenir les choses en place, comme son père l’aurait voulu. »  Surtout ne pas déroger de cette ligne droite, toute tracée, qu’il faut suivre. Un chignon tiré, des vêtements sobres et l’obéissance, toujours l’obéissance…. Elle ne sait rien faire seule ou plutôt elle ne sait plus car au fil du temps, son mari triste et raide comme un parapluie, l’a privée de toutes initiatives.

Lui, c’est Marcel, il a perdu sa femme et son univers est passé de la couleur au noir et blanc… Il ne cuisine plus et se traîne dans la vie. Elle lui manque tant son aimée…. « Seul, il végète. Il a besoin d’être deux, c’est l’autre qui l’enracine. »

Une rencontre improbable les met face à face… et ils se demandent (surtout elle, qui a toujours vécue toute en retenue) s’ils peuvent oser « à leur âge ». Oser quoi ? Peut-être « vivre » tout simplement….  On va les suivre dans leurs balbutiements, leurs hésitations, leurs questionnements  de personnes à qui, peut-être, la vie peut sourire à nouveau…

 

L’écriture de Karine Lambert est toute en tendresse et délicatesse. La nostalgie affleure dans les pages, comme un parfum  un peu suranné qu’il fait bon humer. Il y a beaucoup de douceur entre Marcel et Marguerite. Il est intéressant de découvrir comment  leur progéniture respective réagit face à cette nouvelle situation qui les surprend. Que font leurs parents ? Ont-ils raison ou tort ? Comment accepter qu’une personne rentre dans la vie de nos père ou mère pour vivre là où l’on avait, avant que la mort intervienne, un couple « référence » ? Que faire des souvenirs qui ne sont pas communs ? Effacer, garder une trace, une place, vivre, continuer, s’arrêter, se morfondre ?

C’est avec beaucoup de doigté que l’auteur aborde ces différents sujets.  Elle le fait avec une nostalgie de l’instant qui transpire entre les lignes. Le style est comme les deux personnages principaux : beau et posé avec une pointe de fantaisie.

C’est un livre comme je les aime. Il vous emmitoufle comme deux grands bras dans un après-midi pluvieux et vous permet de voir, là-bas, derrière, au loin, le coin de ciel bleu qui ne manquera pas de revenir un jour… Et même si la fin m’a un peu laissé le cœur en vrac, me rappelant que la vie c’est aussi comme ça, je relirai ces pages car Marcel et Marguerite sont tellement « présents » dans le texte qu’ils font presque partie de ma famille…..

 

Eh bien dansons maintenant !
Auteur : Karine Lambert
Éditions : Jean Claude Lattès (Mai 2016)
Nombre de pages : 282
ISBN : 9782709656641

 

Quatrième de couverture

Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes.
Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire.
Marguerite a toujours vécu dans l’ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs cœurs se réveillent. Oseront-ils l’insouciance, le désir et la joie ?

 

 

Commenter cet article