Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par collectif-litterature

Une chronique de Cassiopée.

 

Véronique Poulain, dans ce court recueil, raconte sa vie d’enfant de couples sourds. Ses parents, qui ont dit un jour, qu’ils auraient préféré avoir une fille sourde.

Je côtoie des personnes sourdes régulièrement et j’ai retrouvé beaucoup d’éléments régulièrement évoqués par la communauté sourde dans ce livre.

Véronique nous rappelle que c’est en 1977 que la situation a commencé à évoluer en France alors qu’avant les sourds étaient parfois considérés comme handicapés mentaux.

Elle explique la langue des signes française dont les phrases ne sont pas structurées comme à l’oral (ce qui fait que si le sourd écrit un texto avec les mots placés comme en LSF (langue des signes), cela ne veut pas dire grand-chose et il faut « décoder ».

Elle expose son quotidien d’enfant entendante élevée dans une famille où beaucoup sont sourds (oncle, tante), elle nous informe sur les « bénéfices secondaires » qui permettent d’avoir des « avantages » lorsque les parents n’entendent pas (ah, mettre la musique à fond dans sa chambre sans se faire disputer !).

La communauté sourde, la langue des signes sont pratiquement un monde à part. Un sourd ne comprend pas le sens figuré (« Après la pluie le beau temps » est une expression prise au sens premier par un sourd), n’a pas le même humour (il y a des blagues « Pi sourds » (qui font rarement rire les entendants). Un sourd exprime difficilement par oral ses sentiments, (parce que c’est abstrait) mais regardez son corps, sa gestuelle, ses expressions et vous aurez tout le panel de ses émotions. La LSF est expressive, chaque élément a sa place dans ce que « dit » la personne sourde et le plus important est en premier. J’apprends cette langue depuis plus de dix ans et je la trouve belle.

Ce livre est une bonne approche de la situation d’une famille où les uns entendent d’autres pas. Ce n’est pas rébarbatif, ça se lit tout seul, c’est agréable

 

Les mots qu’on ne me dit pas
Auteur : Véronique Poulain
Éditions : Stock (20 Août 2014)
Collection : La Bleue
Nombre de pages : 144
ISBN : 9782234078000

 

Quatrième de couverture

« ? Salut, bande d’enculés ! ?
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai. Salut, bande d’enculés !  Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien.
Les sorties.
Les vacances.

Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie. D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

 

Les mots qu'on ne me dit pas, de Véronique Poulain

Commenter cet article